Archives de catégorie : Nos chiens individuellement

Nos chiens et chats

Aujourd’hui, je vous propose de regarder des portraits de nos chiens et chats un peu différents de l’habitude. Mais tout de même assez bien reconnaissables, je trouve!
Je crois que les portraits de tous nos chiens et chats vivant actuellement à l’élevage y sont.
Et si je considère chacun de nos lutins, je crois être en mesure de dire qu’aucun d’entre eux n’est “confondable” avec un autre.
Les seuls de nos chiens et chats, regardés grossièrement, qui pourraient prêter à confusion, sont Jazz et Odilon. Des couleurs semblables, mais des constructions et postures différentes. Des personnalités différentes aussi. Mais bien sûr que les personnalités ne sont pas forcément bien lisibles sur une photo.

Je trouve intéressant de relever qu’un être vivant est un tout. Qu’il peut être reconnaissable, non seulement par son apparence physique “basique”, mais aussi par ses postures parfois liées à son tempérament, par ses expressions, par son attitude générale.
Reprenons l’exemple de Jazz et d’Odilon. Semblables au premier coup d’oeil, ils sont en réalité différents à tous points de vue pour le reste, ou presque. Je suis obligée d’admettre tout de même que leur fière posture masculine pourrait les confondre.

On passe aux images quelque peu originales de nos chiens et chats!

Happy et Mousse

Happy et Mousse sont deux soeurettes. Âgées de quatre mois et demi, elles sont filles d’Opale et de Charlie.

Et, bien sûr que la vie est belle et la joie au rendez-vous, quand deux petites soeurs se retrouvent alors qu’il y a peu, elles partageaient leur vie sous le même toit.

De bien jolis moments vécus, aussi bien entre humains qu’entre lutins, sous un agréable soleil automnal, même un poil trop chaud.

Happy et Mousse, bien que soeurs, sont différentes aussi bien en taille qu’en couleur de robe. Deux adorables petites Havanaises pleines de vie, de santé, un brin crapouillonnes – la première moins que la seconde – et assurément très éveillées.

Happy et Mousse

Entre frère et soeur

Entre frère et soeur, on se retrouve avec bonheur!

C’est ce cher petit Honey qui est venu retrouver sa petite soeur Mousse aujourd’hui. Quel plaisir de les voir s’éclater ensemble, alors qu’il y a deux mois, ils achevaient dix semaines de vie commune. Précisons, extra-utérine! Parce qu’avant ces dix semaines de vie commune extra-utérine, il y a eu cette vie commune dans un espace plus restreint : le ventre de maman Opale. Ils étaient sept à se partager cet espace, devenu bien serré au bout d’une soixantaine de jours. En effet, Honey et Mousse sont les frère et soeur de Gus, Pink, Sky, Skippy et Happy.

Et impossible bien sûr de parler de la maman et de ses bambins, sans parler aussi de papa Charlie, qui occupe une grande place dans la vie de ses petits.
En effet, ce papa a transmis nombre de ses caractéristiques, aussi bien physiques que comportementales, à ses charmants septuplés débordants d’une joyeuse énergie.

Mais revenons à Honey et Mousse, ces deux petits lutins qui se sont retrouvés avec bonheur, pour partager de bien jolis moments sous un soleil quasi automnal.
Entre frère et soeur, en images, ça donne ceci :

Entre frère et soeur

Notre petite crapule

Notre petite crapule – la cadette de notre meute – se porte très bien.
Aujourd’hui âgée de quinze semaines et demie, elle assure quotidiennement l’animation de notre joyeuse bande de lutins.

Sa maman lui est précieuse, mais Opale, avec son caractère si doux, doit se faire violence pour tenir tête à cette petite crapouillette si pleine d’une joyeuse folie.
Et, quand Eole et Ondine s’en mêlent, alors la petite Mousse se fait remettre en place vigoureusement si cela s’avère nécessaire.

Comme d’autres au sein de notre meute, Mousse adore les chats, et le leur fait savoir de manière très démonstrative. Heureusement que ces chers félins ont accès à des endroits inaccessibles à cette petite fripouillette. Et, quand un ami chat estime que des limites acceptables ont été dépassées, il sait le faire savoir à cette adorable petite chipie!…

Une des occupations favorites de Mousse, qu’elle est capable de répéter inlassablement, c’est de ramener le jouet qui lui est lancé, de préférence une balle qui rebondit bien…

Bref, notre petite crapule est une joyeuse petite Havanaise pleine d’une vie débordante, qu’il s’agit de canaliser avec amour, constance et fermeté.

Notre petite crapule

Douze semaines

Douze semaines : c’est l’âge de notre petite Mousse, fillette d’Opale et de Charlie.
Une joyeuse petite boule d’énergie, curieuse à souhait, et jolie comme un coeur.

Comme sa maman Opale, Mousse adore l’eau, et profite de sa pataugeoire à toute heure de la journée.

S’éloigner de la maison n’est pas sa tasse de thé. Par contre, les retours de balades se font quasi à la vitesse d’une fusée.

Mousse est très fan de nos félins, qu’elle interpelle de sa petite voix criarde. Elle apprend petit à petit la douceur à leur égard, alors qu’elle préférerait jouer avec eux comme elle le faisait avec sa fratrie.

Mousse, tel un petit enfant, adore marcher sur les murets, et sa dextérité me frappe à chaque fois.

Les interactions de Mousse avec sa maman sont tantôt empreintes d’une jolie tendresse, tantôt vigoureuses et bruyantes.

Mousse comprend bien le “non” et y obéit joliment pour une petite chienne de son âge.

Bref, cette petite bonne femme havanaise de douze semaines amène une joyeuse énergie toute pleine de fraîcheur à la vie est belle.

Mousse apprend

Mousse apprend toutes sortes de choses au contact de notre meute. Elle apprend avec sa maman Opale qui poursuit son éducation. Elle apprend aussi au contact des autres membres de sa meute.

En jouant avec sa fille, Opale lui inculque la soumission, les limites à ne pas dépasser. Elles ont une relation tendre ensemble. Mais parfois Opale doit remettre en place sa fille énergiquement.
Mousse est une petite chienne pleine de vie, d ‘énergie, d’enthousiasme. Et la voir interagir avec les différents membres de notre meute est intéressant et instructif.

Mousse apprend aujourd’hui des adultes de sa meute. Et un jour, c’est elle qui peut-être inculquera ses acquis à des plus jeunes qu’elle.

J’ai rassemblé quelques photos illustrant joliment quelques-uns des apprentissages de notre petite miss.

Elle s’appelle Mousse

Elle s’appelle Mousse, la joyeuse petite Havanaise venue enrichir les rangs des petits lutins de la vie est belle.

Sa maman, c’est Opale. Son papa, Charlie : ce charmant petit rouquin qu’Opale est allée trouver un beau jour de mars.

Âgée de dix semaines, Mousse amène gaieté, enthousiasme, curiosité et vigueur au sein de notre troupeau havanais.

Elle s’appelle Mousse, disais-je!… Mousse, comme ces plantes formant des tapis moelleux dans les forêts,… comme une onctueuse mousse au chocolat, au caramel, à la vanille,… comme ces jeunes matelots oeuvrant sur un navire.
Elle sera notre petit mousse, nous aidant à piloter jour après jour le navire de la vie est belle, avec la légèreté d’une mousse au chocolat, et la douceur des mousses sylvestres.

Petit troupeau havanais

Aujourd’hui, je vous propose la photo prise ce matin d’une partie de notre petit troupeau havanais au repos.

En regardant cette image, je me suis dit que ce serait chouette de remonter le temps en prenant une image de chacun de ces petits personnages quelques années plus tôt.

Sur leur page personnelle figurant sur ce blog, j’ai choisi une photo de chacun à quelques mois. Seule Aïcha est un peu plus âgée.

Sympa de voir l’évolution de chacun! Et Intéressant de constater que finalement, les robes de tous ont tout de même bien gardé leurs teintes d’origine. C’est probablement la robe d’Aïcha qui a le plus changé, puisque la partie argentée de sa robe était bel et bien noire à l’origine.

Voilà pour ce petit troupeau havanais qui n’est pas au complet, et que j’aurai l’occasion de compléter ultérieurement.

Petit troupeau havanais
Eole, Odilon, Lutine (au fond); Ondine, Aïcha et Opale

Joyeuse Saint-Valentin

Joyeuse Saint-Valentin! Que souhaiter d’autre, un 14 février!? Bien sûr qu’il y aurait plein d’autres belles choses à souhaiter, et ce, chaque jour de l’année.
Comme j’aime imager mes propos, je joins de suite une photo que je trouve joliment adaptée à ces voeux, puisqu’elle parle de joie et d’amour. En effet, Ondine et Odilon sont deux très gais lurons qui s’aiment…éperdument!? Non! Qui s’aiment…A joyeusement!

Joyeuse Saint-Valentin

Et puis, le 14 février, je souhaite aussi une joyeuse Saint-Valentin à ma petite Aïcha, qui fête aujourd’hui ses 14 ans.
J’aime à dire que cette fête est aussi celle de l’amitié. Et ma petite Aïcha est bien l’une de mes plus fidèles amies.

joyeuse Saint-Valentin
Aïcha, 14 ans, fille de Melody-Marcelo



Amitié indéfectible, que celle de nos petits compagnons, qui savent nous aimer sans jamais nous faire le moindre reproche. Un amour inconditionnel, que le leur, assurément! Il est certes peu d’humains sachant faire preuve d’une amitié aussi constante.
Alors vive nos petits compagnons, fidèles et aimants à souhait, en toutes circonstances!

Le peignage du bichon havanais

Le peignage du bichon havanais

Le peignage du bichon havanais peut être un moment de formidable détente, et pour le chien, et pour son maître.

Il est clair qu’il s’agit d’habituer le chiot dès son plus jeune âge au contact du peigne.
Il ne s’agit pas de proposer au chiot une séance de peignage alors qu’il a son quart d’heure de folie, ou qu’il sort de sa sieste. C’est une fois qu’il sera bien fatigué que la séance sera programmée.
Et comme pour tout autre apprentissage, il s’agira d’associer ces moments à quelque chose de plaisant, de positif pour le chiot. C’est ce qu’on appelle le renforcement positif.

Chaque séance de peignage chez nous s’achève avec une petite friandise associée uniquement à ces moments-là. Une friandise que nos chiens adorent, évidemment! Ainsi, lorsque je sors le peigne, presque toute la meute se précipite à la table de toilettage. Presque! En effet, notre petit Mookie, par exemple, n’a jamais pris pour un moment de détente, ces séances de peignage. Pourtant, il les a connues tout jeunet, ou presque!?…

Quant à la manière de peigner, j’ai déjà été offusquée de voir des vidéos peu recommandables à ce sujet. Il est évident que le basique est de tenir chaque mèche, et de ne jamais tirer sur un poil noué ou feutré. Ce serait la meilleure manière de dégoûter un chien de ces moments qui peuvent s’avérer si bienfaisants pour chacun!
Et bien sûr qu’un peignage quotidien est une bonne façon d’éviter des séances interminables et laborieuses, parce que trop rares.

En suivant ces quelques recommandations basiques, le peignage de votre bichon havanais pourrait s’avérer être un moment de pur plaisir, et pour lui, et pour vous.

La photo en-haut de la page représente notre cher Odilon en pleine séance de peignage. Stress intense, dirons-nous!???…