Archives pour la catégorie Divers

Un message de reconnaissance

Un message de reconnaissance aujourd’hui!
Reconnaissance profonde pour tant de belles personnes rencontrées sur le chemin de mon élevage.
En onze ans d’élevage, il m’a été donné de rencontrer toutes sortes d’individus. Je ne vais pas les détailler ici. Là, n’est pas mon propos…
Ici, j’aimerais parler de mes “pépites” : de ces belles personnes rencontrées au-travers de l’élevage, teintées d’authenticité, d’altruisme, d’humilité, d’honnêteté, de bienveillance. Des personnes qui, au fil du temps, sont devenues, deviennent encore, des amies précieuses.
Merci d’avoir pu croiser votre chemin un jour : vous êtes pour moi un cadeau du Ciel!
Merci de pouvoir marcher côte à côte sur le chemin de la vie, en toute simplicité, vérité, sans fioritures ni hypocrisie, en partageant une amitié sincère et solide, résistante aux vents contraires.Merci beaucoup,

Bonne route en 2018

Bonne route en 2018

Bonne route en 2018 !

2018, c’est 365 pages vierges qu’il incombe à chacun d’écrire. D’écrire au plus près de sa conscience !

Si chacun résolvait en son cœur d’écrire ces pages avec des sentiments louables – honnêteté, transparence, bienveillance, altruisme, entre beaucoup d’autres – le monde serait tellement plus beau qu’il ne l’est !

Il s’agit cependant là d’une décision non pas collective, mais bien individuelle. Chaque individu est responsable de sa vie. Mais la manière de mener cette vie influe inévitablement sur notre entourage. Autrement dit, nos choix quant à notre éthique de vie sont individuels, personnels, mais ils ont forcément une portée collective puisque nous vivons au sein d’une collectivité.

Dès demain, nous débuterons l’écriture des pages de ce nouveau livre 2018 ! Que celui-ci puisse être beau à lire, non seulement pour nous, mais aussi pour notre entourage !

C’est là mon souhait pour tous les lecteurs bienveillants de ce blog! Et en passant, un chaleureux MERCI à chacun d’eux de leur fidélité et bienveillance tant appréciées!

Joyeux Noël

Joyeux Noël et heureuse année 2018 à tous les lecteurs amis et bienveillants de ce blog!

Noël est à la porte. Une fête qui a pris toutes sortes de visages selon qui la célèbre.
Pour ma part, j’aime penser à la simplicité du tout premier Noël. A ce bébé couché dans la mangeoire des animaux, parce qu’il n’y avait pas de place pour lui et ses parents ailleurs que dans cette étable. Ce bébé, prénommé Jésus, Emmanuel, qui signifie Dieu avec nous.
Pour moi qui aime la simplicité, ce récit me convient bien : pas de fioritures, pas de richesses, juste la simplicité et l’authenticité. Quoi de plus vrai et authentique qu’un nouveau-né!
Mais là, si l’on en croit le récit biblique, il ne s’agissait pas de n’importe quel bébé! Et pourtant c’est bien dans la simplicité d’une étable qu’il a vécu les premiers jours de son existence!

Joyeux Noël

Nos petits soleils havanais

Nos petits soleils havanais brillent toujours, que le ciel soit illuminé par l’astre du jour, ou qu’il soit sombre et menaçant. Que le vent se déchaîne, que les nuages s’amoncellent, que des trombes d’eau descendent du ciel, peu importe. Nos petits soleils havanais sont là, illuminant nos vies de leur gentillesse, de leur joie de vivre, de leur fidélité indéfectible, de leurs pitreries, de leurs sottises aussi.

Ces ravissants petits soleils, pour briller de tout leur éclat, ont besoin de la bienfaisante présence de leur maître. D’un maître bienveillant vers lequel est dirigée toute leur affection, toute leur attention. Ce maître pour lequel ils vivent jour et nuit. Ce maître qui, lorsqu’il s’absente, est attendu comme nul être humain est capable d’attendre son semblable.

On ne répétera jamais assez qu’un chien, isolé de sa meute humaine, est un chien puni. De même qu’un loup, isolé de sa meute, est un loup sanctionné par celle-ci.
Nos petits compagnons havanais – puisque c’est d’eux que nous nous entretenons – sont des animaux de meute. Et lorsqu’un chiot quitte la meute canine de son élevage et rejoint sa famille, c’est cette famille qui va composer sa nouvelle meute. Une meute qui lui doit un maximum de présence pour que ce petit soleil havanais brille de tout son éclat et dispense toute sa chaleur.

La coprophagie chez le chiot

la coprophagie chez le chiotLa coprophagie chez le chiot : un phénomène anormal? Pas tant que cela, à mon humble avis, dans une bonne partie des cas!

Définissons tout d’abord de quoi il s’agit : c’est le fait de consommer des matières fécales, les siennes ou celles d’un autre animal.

Si ce comportement répugne l’être humain, il n’en est pas de même pour le chiot, évidemment!

Instinctivement, la chienne fait disparaître les excréments de ses chiots en les mangeant. Pourquoi cet instinct? Parce que son ancêtre la louve agissait ainsi avec ses louveteaux, pour faire disparaître toute trace de leur existence face à leurs prédateurs.
On comprend donc mieux pourquoi nos chiennes, lorsqu’elles sont mamans, agissent ainsi.

Certains chiots agissent pareillement, d’autres pas, y compris sur une même portée dont tous les chiots sont nourris pareillement. Je pense que les chiots coprophages agissent par mimétisme, tant par rapport au comportement de leur maman, qu’en regard de celui de leur fratrie. Un chiot voit maman manger sa crotte. Il le fait également par mimétisme. Et son frère qui le voit faire, l’imite à son tour.

Il m’est arrivé de constater cette pratique chez des chiots, au moment du passage des croquettes mouillées aux croquettes sèches. Le besoin de nourriture humide pourrait également expliquer ce phénomène.

Est-ce que l’alimentation du chiot influe sur ce phénomène? Il n’est pas exclu que certaines marques de nourriture, de croquettes ou de pâtée notamment, favorisent la coprophagie.

Je parle bien sûr ici de chiots nourris de manière optimale, avec une alimentation couvrant tous leurs besoins. Sans carences alimentaires ni malabsorption.

Si j’ai un chiot coprophage, que faire donc? S’assurer premièrement qu’il est nourri de manière à couvrir tous ses besoins, qu’il ne souffre d’aucune carence. Si son alimentation est composée de croquettes, les humidifier ou les agrémenter d’un peu de blanc de poulet par exemple.
Et finalement, être plus rapide que lui en subtilisant sa petite crotte avant qu’il ne s’en charge!

 

Copain en vacances chez Brindille

Copain en vacances chez Brindille pour la première fois, ça donne quoi? Ca donne un charmant p’tit clown super à l’aise, et joyeux comme un petit lutin facétieux!
Et même si Brindille, à neuf ans, n’a plus la fougue juvénile de Copain, à regarder ces photos, on se dit qu’ils ont partagé de sacrés jolis moments ensemble, ces deux petits lutins!
Il faut dire aussi que Brindille et sa maîtresse ont la palme d’or de l’accueil de petits lutins, tant elles en ont accueillis, et tous, se sont sentis super à l’aise au contact de Véronique et de son super amour pour les animaux. Je ne me risque pas à les citer : j’aurais trop peur d’en oublier!Copain en vacances chez Brindille Copain en vacances chez Brindille Copain en vacances chez Brindille Copain en vacances chez Brindille Copain en vacances chez Brindille Copain en vacances chez Brindille

Feux d’artifice et ouïe de nos chiens

Feux d’artifice et ouïe de nos chiens, compatibles?

Feux d’artifice, pétards, fusées et tant d’autres éléments générateurs de bruits intenses, ne peuvent être agréablement perçus par nos chiens dont l’ouïe est tellement plus développée que la nôtre.,
Cela ne veut pas dire pour autant que tous vont paniquer en entendant ce type de bruits. Mais cela ne sera en tout cas pas agréable à leurs oreilles.
Alors, tenons-les à l’écart de ces manifestations si désagréablement sonores, plutôt que de les y confronter.

Et puis, qui dit feux d’artifice dit aussi succession de lumières nocturnes inhabituelles, qui peuvent elles aussi importuner nos chers petits compagnons. Alors des stores baissés, des volets fermés seront  bienvenus pour certains de nos compagnons, plus sensibles et effarouchés par une telle succession de lumières.

Sur notre meute de onze chiens adultes, seule Hélys et sa fille Eole sont apeurées par ces nuisances sonores. Hélys a probablement transmis sa peur à sa fille par son comportement, et Eole a associé pétards et peur. Mais je garde espoir qu’en côtoyant les autres chiens de le meute ne réagissant pas du tout à ces nuisances sonores et visuelles, ma chère petite Eole prenne confiance! On s’emploiera à ce qu’elle y parvienne!

Ci-après, un lien intéressant relatif à l’ouïe de nos petits compagnons : http://www.ecoledeschiens.com/ouie-chien.html

Feux d'artifice et ouïe de nos chiens

Hélys, 8 1/2 ans

Le bichon havanais, petit chien de compagnie

Le bichon havanais, petit chien de compagnieLe bichon havanais, petit chien de compagnie par excellence!…

Le bichon havanais fait partie du groupe neuf : celui des petits chiens d’agrément et de compagnie.

Ce n’est certainement pas la dernière fois que je traiterai de ce sujet, tant, il me semble être mal comprise quand je m’exprime sur les besoins d’un petit chien de compagnie.

Le bichon havanais n’est pas destiné à nous tenir compagnie quand nous sommes à la maison auprès de lui. Il est destiné à avoir une compagnie humaine durant la journée auprès de lui. Faisons l’effort de saisir la nuance : elle est de taille!

La présence humaine nécessaire à l’équilibre et à l’épanouissement d’un petit chien de compagnie est conséquente. Elle ne consiste pas juste en une petite heure à la mi-journée, et en trois, quatre heures en fin de journée avant l’heure du coucher! Non!
Même si votre petit Havanais vous fait la fête lorsque vous lui accordez quelques minutes durant la pause de midi, et lorsqu’enfin vous rentrez le soir après une journée de travail, ça ne veut pas dire pour autant qu’il est épanoui et comblé, alors qu’il est laissé à lui-même durant de si nombreuses heures dans la journée, privé de cette présence humaine dont il a tant besoin.
Pour moi, n’accorder que si peu de présence à un Havanais ou à un quelconque petit chien de compagnie s’apparente à de la maltraitance, puisqu’on ne répond pas aux besoins fondamentaux du chien en question.

En conclusion, évitez d’adopter un bichon havanais ou tout autre petit chien de compagnie si votre style de vie ne vous permet pas de répondre à ses besoins les plus fondamentaux, entre autres, celui de votre présence à ses côtés!

Une nouvelle page

Une nouvelle page a été ajoutée aux pages existantes de mon site internet. Elle sera aussi éphémère qu’exceptionnelle.

En effet, elle concerne Kea, cette petite chatte ne nous appartenant pas, en transit à la vie est belle, jusqu’à ce qu’elle ait élevé ses chatons.

Le principal but de cette page est de trouver pour Kea et pour chacun de ses chatons, les familles bienveillantes, fidèles et responsables, capables de s’engager à vie à l’égard de ces félins!
L’autre but est aussi de partager tant de jolis moments vécus en compagnie de ces petits êtres aussi jolis que fascinants!

Des bestioles dangereuses pour nos chiens

Des bestioles dangereuses pour nos chiensDes bestioles dangereuses pour nos chiens, il y en a, malheureusement. Et il vaut mieux les éviter dans la mesure du possible, ou alors, protéger nos chiens de manière efficace.

Les moustiques tigres et les phlébotomes : ces moustiques, présents dans le bassin méditerranéen, ne se contentent pas de provoquer d’importantes démangeaisons, mais peuvent également transmettre à leur hôte de graves pathologies : le ver du coeur pour le premier, et la leishmaniose pour le second.
Des informations plus détaillées ici : http://www.baloune.com/guide-sante-chiens/les-insectes-un-veritable-danger-pour-les-chiens-et-les-chats.html

Les chenilles processionnaires du pin : des chenilles qui représentent un danger réel pour l’homme et l’animal. Leur arme redoutable se situe dans leurs poils extrêmement venimeux. En contact avec la peau de l’humain ou de l’animal, ces poils déclenchent irritation, brûlure, douleur, et parfois plus encore.
Des informations supplémentaires sur ces chenilles ici : http://conseils-veto.com/chenilles-processionnaires-chien-traitement/

Les crapauds : on n’en rencontre pas souvent, et on ignore donc peut-être d’autant plus le risque que comporte un contact avec ces bêtes. Et pourtant, il n’est pas moindre, d’autant plus qu’il reste réel quand le crapaud est mort. Toutes les pustules recouvrant la peau du crapaud sont pourvues de glandes sécrétant un venin très toxique pour chiens et chats.
Pour en savoir plus, lisez ceci : https://www.santevet.com/articles/crapaud-un-risque-d-empoisonnement-grave-chez-le-chien

Les tiques : on ne les connaît que trop bien et de mieux en mieux, tant ils semblent proliférer à vitesse grand V, y compris dans nos jardins. Eux aussi peuvent être porteurs de maladies aux conséquences désastreuses sur le long terme.
Davantage de détails ici : https://www.wanimo.com/veterinaire/parasites-et-maladies-parasitaires-chez-le-chien/les-tiques-chez-le-chien.html

Les aoûtats : ces mini acariens sont les plus “inoffensifs” des bestioles citées dans cet article, puisque leur morsure entraîne principalement de fortes démangeaisons. Elles ne représentent donc pas de danger proprement dit pour nos petits compagnons. Leurs zones de prédilection : entre les doigts, aux plis des oreilles, sur les paupières.
D’autres précisions au sujet des aoûtats ici : http://www.chien.nozamis.com/p-aoutats.htm