Archives mensuelles : avril 2021

Des robes aux couleurs diverses

Des robes aux couleurs diverses pour des petits lutins aux frimousses craquantes!
Voilà ce que je vous propose aujourd’hui, en images!

Il y a les robes chocolat de Nala et Virgule. Chocolat, mêlé de blanc. Et de tan également pour Virgule.

Il y a aussi ces robes charbonnées qui, bien souvent, s’éclaircissent au fil du temps.
Kiwi en possède une, ainsi que Chanel et son frère Nougat.
Bien souvent, les charbonnures se situent finalement au niveau des oreilles et de l’extrémité de la queue.

Et puis, il y a ces belles robes noires lustrées, bien souvent agrémentées de blanc, qui m’ont flashée depuis que j’ai découvert la race du bichon havanais.
C’est la petite Miss, soeur de Chanel et de Nougat, qui arbore l’une de ces belles robes ci-dessous.

Des robes havanaises

Des robes aux couleurs diverses : voilà l’une des nombreuses richesses du bichon havanais!

Des frères et soeurs

Des frères et soeurs, bambins de Lutine et de Jade, nous font découvrir, ou plutôt redécouvrir leurs jolies frimousses aujourd’hui.

Il y a Kiara et Merlin, qui viennent de fêter leurs sept ans de vie. Leurs parents, Jade et Gismo, ont transmis leurs belles robes chocolatées à leurs bambins.
Kiara et Merlin sont soeur et frère de la même portée. Une portée chocolatée qui compte également une petite Ginga.

Les autres “frère et soeur”, c’est Joe et Nala, tous deux issus de maman Lutine. Ils ont des papas différents : Kenzo pour Joe, et Odilon pour Nala. Ils sont donc demi frère et soeur.

Si la robe de Joe est fauve clair, celle de Nala en revanche est chocolat. Nala est d’ailleurs le seul bambin à Lutine arborant une robe chocolatée.
Bien sûr qu’Odilon y est pour quelque chose, puisqu’il est également porteur du gène chocolat. Un gène qu’il a déjà transmis une fois à un adorable petit lutin chocolat et tan prénommé Virgule.

Kiara et Merlin, Joe et Nala : des frères et soeurs pleins de peps et de joie de vivre! Mais qui savent aussi se laisser vivre, à l’image de la petite Nala ci-dessus.

L’exemple de Paulette

L’exemple de Paulette : un exemple à suivre !

Dès la genèse de leur histoire commune, Paulette s’est investie sans compter pour son petit protégé. Semaine après semaine, alors qu’Aslan débutait sa vie à la vie est belle, Paulette qui était handicapée, escaladait les escaliers de notre maison du mieux qu’elle pouvait, pour visiter son petit Aslan.

Elle a accueilli ce petit bout de chiot les bras grands ouverts au sein de son foyer. Sa famille comptait désormais un membre de plus, et pas des moindres !

Si pour la plupart des gens, aller balader son chien, représente un moindre effort, pour Paulette, limitée dans ses mouvements, l’effort était de taille. Mais pour rien au monde elle n’aurait refusé ce plaisir à son petit Aslan. Un petit chien habitué à se promener librement en pleine nature. A faire des allers retours à son rythme, pendant que sa maîtresse évoluait gentiment au sien. Chacun y trouvait son compte, assurément! Quelle jolie paire que ces deux fidèles amis ! Souvent, je me suis fait la réflexion « pourvu qu’ils quittent ce monde ensemble !… ».

Invitée par des amis, c’était avec Aslan, ou l’invitation était déclinée par sa maîtresse.
Sa porte était grande ouverte à tout un chacun : il suffisait d’accepter Aslan, et on était le bienvenu dans leur foyer.

Paulette n’a jamais économisé ses forces pour ce petit chien qui occupait une si généreuse place dans son existence, dans son coeur ! Quel exemple ! S’oublier soi-même pour le bonheur de l’autre !
Tant de personnes en bonne santé pourraient en prendre de la graine !…

Paulette avait également préparé le terrain « au cas où » le destin la séparait de ce si fidèle petit ami. Et là aussi, elle est à prendre en exemple ! 
Plusieurs de ses amies étaient prêtes à accueillir ce joli noiraud, s’il se trouvait orphelin de sa maîtresse.

Et voilà qu’un matin, sans crier gare, Paulette a laissé son fidèle petit ami orphelin. Orphelin d’une si grande amie, d’une si fidèle, respectueuse et responsable amie ! Quelle tristesse, quel vide !

Une nouvelle vie va débuter pour Aslan. Une vie que je lui souhaite aussi belle et riche que la précédente. Avec des maîtres aussi aimants, respectueux et responsables que l’a été sa chère maîtresse Paulette.

L’exemple de Paulette : un exemple à suivre !

L'exemple de Paulette

Huit bichonnets de six mois

Huit bichonnets de six mois : de qui pourrait-il bien s’agir!?
Mais oui, bien sûr, des cinq bébés d’Ondine-Odilon, et des trois fillettes de Lutine-Odilon.

Trois mois et demi qu’ils ont quitté la vie est belle : leurs super petits potes de jeu, leurs mamans, leur papa, leur grand-maman, leur demi-soeur, leur super nounou Eole, les chats de la maison, etc. Leurs premiers parents humains aussi.
Trois mois et demi qu’ils découvrent le vaste monde en compagnie de ceux qui sont devenus “les leurs” : leurs parents adoptifs!
En trois mois et demi, que d’expériences vécues, que d’humains et de congénères rencontrés, que d’endroits de toutes sortes découverts!

Et bien sûr que depuis leur départ de la vie est belle, ces petits bouts de chiens sont devenus de solides petites personnes havanaises!
Entre six et huit mois, leur croissance osseuse s’achève. Ils ont quasi atteint leur taille adulte. Ils vont encore se muscler, leur poitrail va s’éclater, mais l’essentiel de leur croissance est achevé.

Aller, ces huit bichonnets de six mois, on a vraiment envie de les voir en photo!
Alors, place aux images! Et un cordial MERCI à leurs familles respectives de partager ces belles photos avec nous.
Certains portent des bodies, puisqu’ils ont été castrés tout récemment!


Joyeuses fêtes de Pâques

C’est ce cher Odilon qui, en mon nom, vient souhaiter de joyeuses fêtes de Pâques aux fidèles et bienveillants lecteurs de ce blog! Et ce, par photo interposée!

Pâques me parle de vie avant tout! Une vie abondante, éclatante, magique!

Il suffit de regarder la nature autour de nous pour voir cette vie jaillir de partout. Tant au sein du monde animal que végétal.
Et si cette vie ne succédait pas à une mort apparente, elle nous paraîtrait assurément moins éclatante et riche. Mais, de même que le printemps succède à l’hiver, la vie jaillit après la mort. On pourrait prendre une image du même endroit photographié en hiver, puis au printemps. Le contraste serait assurément saisissant!

J’aime toutes les saisons, pour ma part. Mais je suis quasi certaine que si le printemps ne succédait pas à l’hiver, il perdrait de son éclat, de sa magie! Pourrait-on aller jusqu’à dire que la vie n’a un tel éclat que parce que la mort existe!?

Revenons-en à Pâques à présent! Ces fameux quatre jours de Pâques nous parlent eux aussi de mort, puis de résurrection. Et qui dit résurrection, dit vie, joie, bonheur!
Joyeuses Fêtes de Pâques à chacun!