Archives de catégorie : Nos chiens en meute

Nos chiens et chats

Aujourd’hui, je vous propose de regarder des portraits de nos chiens et chats un peu différents de l’habitude. Mais tout de même assez bien reconnaissables, je trouve!
Je crois que les portraits de tous nos chiens et chats vivant actuellement à l’élevage y sont.
Et si je considère chacun de nos lutins, je crois être en mesure de dire qu’aucun d’entre eux n’est “confondable” avec un autre.
Les seuls de nos chiens et chats, regardés grossièrement, qui pourraient prêter à confusion, sont Jazz et Odilon. Des couleurs semblables, mais des constructions et postures différentes. Des personnalités différentes aussi. Mais bien sûr que les personnalités ne sont pas forcément bien lisibles sur une photo.

Je trouve intéressant de relever qu’un être vivant est un tout. Qu’il peut être reconnaissable, non seulement par son apparence physique “basique”, mais aussi par ses postures parfois liées à son tempérament, par ses expressions, par son attitude générale.
Reprenons l’exemple de Jazz et d’Odilon. Semblables au premier coup d’oeil, ils sont en réalité différents à tous points de vue pour le reste, ou presque. Je suis obligée d’admettre tout de même que leur fière posture masculine pourrait les confondre.

On passe aux images quelque peu originales de nos chiens et chats!

La palme d’or

La palme d’or en “crouilleries”, “crapouillonneries”, “fripouillonneries” – appelons-les comme on veut – à la vie est belle, a longtemps été décernée à notre chère petite Hélys. Et je n’ai jamais imaginé que cette palme puisse un jour revenir à quelqu’un d’autre.
Eh bien, la vie nous réserve des surprises. Et la dernière en date porte le joli nom de Mousse. Une petite Mousse qui est bel et bien parvenue à ravir haut la patte cette palme à Hélys.

Les “crouilleries” de petite miss Mousse sont peut-être d’une autre nature que ne l’ont été celles d’Hélys. Mais elles les valent bien! Ainsi, la vie est belle est assurée de ne pas manquer de piment ces prochaines années.

A presque treize ans, Hélys est encore toute vigousse, joyeuse, pleine d’allant, mais en matière de crapouillonneries, elle s’est calmée tout de même.
Et quand on se rencontre entre petites crouilles, présente et passée, on se comprend assurément bien. Et c’est bien ce qui se passe entre Hélys et sa “successeur” à la palme d’or. Elles développent ensemble une jolie complicité, malgré leurs treize ans de différence. Et je suis la première ravie de les voir s’éclater ensemble avec force grognements.

Ci-dessous, quelques images joliment démonstratives de la chouette complicité existant entre nos deux petites crapouillonnes, Hélys et Mousse :

Miss et Mousse

Une rencontre entre Miss et Mousse, c’est aussi la garantie d’un joli spectacle à contempler.
En effet, depuis leur première rencontre, Miss et Mousse se sont trouvé nombre de points communs. Que ce soit leur vivacité, leur rapidité, leur agilité, leur endurance : ces deux petites nenettes n’ont rien à s’envier.
Faut bien dire que ces deux charmantes demoiselles n’ont que sept mois de différence, et qu’elles sont encore des chiots. Enfin, presqu’encore pour Miss, qui atteint après-demain son année révolue.
Précisons encore que Miss est l’une des filles d’Ondine et d’Odilon, nos deux petits “zamoureux”. Et cette chère petite Miss est loin de pouvoir renier ses parents, tant elle possède des points communs avec eux, plus particulièrement avec papa “Lonlon”.

Et puis, accueillir Miss, c’est aussi accueillir sa maîtresse, si aimante et douce avec nos lutins. Les séances câlins, et dialogues par le regard, le geste, les mots, font le bonheur de chacun!
Merci, Annick, de donner tant d’amour à nos petits protégés!
Et merci aussi de ces moments si bienfaisants partagés entre humains!

Miss et Mousse en images, ça donne ceci :

Nos petits amis havanais

Nos petits amis havanais, fidèles compagnons de nos vies, se portent bien.
Et, si la plus jeune d’entre eux perturbe parfois la douce quiétude des aînés, elle représente aussi pour eux un moteur formidable.
En effet, Mousse, avec sa vigueur toute juvénile, sa petite voix aiguë, sa joie de vivre communicative, en entraîne plus d’un dans son sillage. Sans parler de sa drôlerie digne d’arracher un sourire à un bloc de marbre. Sacrée petite Mousse!…

Quant aux aînés de la meute, malgré leur âge respectable, on retrouve toujours en eux ce caractère juvénile si propre à nos petits amis havanais.
Certes, ils dorment davantage au fil des ans, et ne rivalisent plus en endurance avec les plus jeunes de la troupe. Mais cela n’empêche pas de magnifiques partie de jeu entre cadets et aînés.

Et puis, nos chats, très tolérants, amènent assurément un joli plus au sein de notre meute havanaise. Certes, il s’agit toujours de modérer l’amitié si démonstrative de certains de nos chiens à l’égard de nos félins. En ce moment, c’est plus particulièrement la joyeuse folie de miss Mousse à l’égard des chats, qu’il s’agit d’apaiser. Mais on assiste à de bien jolis échanges cani-félins qui font juste chaud au coeur!

Nos petits amis havanais en images, ça donne ceci :


Moments de bonheur

Moments de bonheur partagés avec Nala, Zora et leur maîtresse, à la vie est belle aujourd’hui!

Nala a onze mois et est l’une des filles de Lutine et d’Odilon. La seule fillette chocolatée de Lutine. Une petite chienne pleine de vivacité, agile comme son papa, et pourvue d’une très touchante tendresse.

Sa petite soeur de coeur, Zora, à la robe noire et beige, est âgée de quatre mois, et est l’une des filles d’Eole et d’Odilon. Une petite lutinette pleine de vie et d’une joyeuse énergie. Qui, du reste, a passé ses premières semaines de vie avec notre petite Mousse à la vie est belle.

Ces deux petites chéries ont la grande chance de vivre sous le même toit, au sein d’un foyer qui a tellement d’amour à leur donner, de la plus petite au plus grand! Un foyer qui fait tout pour que ces petites chiennes soient épanouies et équilibrées!

Des moments de bonheur assuré pour les habitants de la vie est belle, que ceux où Nala, Zora et leur maîtresse viennent nous trouver!

En images, ça donne ceci :

Chanel et les siens

Chanel et les siens : une belle rencontre que celle-là!

Chanel, fille d’Ondine et d’Odilon, est venue au monde il y a de cela onze mois.
Et, bien avant de connaître Chanel, j’ai eu le privilège de faire la connaissance des siens.
Aimer ces chers petits compagnons que sont nos lutins plus que la maîtresse de Chanel, est certainement chose impossible. Et, entre amis des animaux, l’on ne peut que bien se comprendre et s’apprécier.

De temps en temps, Chanel et les siens nous font le plaisir de leur visite. C’était le cas hier. Et, en regardant les photos faites lors de cette entrevue, l’envie m’a prise de chercher quelques photos de Chanel avec sa maman Ondine, à la genèse de leur histoire commune. Photos publiées ci-dessous.

Comment les mamans reçoivent leurs bambins quelques mois ou années après les avoir quittés? Tout dépend!
Hier, Ondine était très intéressée par les friandises de la mamie à Chanel. Et son but était plutôt de se les accaparer en faisant fuir sa fille, que d’être aimable avec cette petite chérie!

Chanel a onze mois. Notre petite Mousse en a quatre. Et, entre gamines havanaises, on ne pense qu’à s’amuser. Alors, plutôt que de traîner dans les pattes de maman Ondine, Chanel s’est éclatée avec petite Mousse, pour le plus grand plaisir de chacune!

Ci-dessous, en images, les propos tenus ci-dessus!

Chanel, onze mois, et Mousse, quatre mois, complices de quelques instants…

Eole et Mousse

Eole et Mousse, une sacrée paire de copines que ces deux-là!
Si Eole a été dans un premier temps la nounou de Mousse, ce n’est plus dans ce type de relations qu’elles sont actuellement. Mais plutôt dans celui de super copines de jeux.
Bien sûr que si Mousse a besoin d’être remise en place, Eole ne se privera pas de le faire. De même que d’autres membres de la meute corrigeront cette petite crapouillette si cela s’avère nécessaire. Même dans le jeu, et je dirais presque, surtout dans le jeu, l’éducation des petits a sa place!

Eole et Mousse ont des tempéraments bien différents. En effet, Eole est bel et bien la chienne la plus soumise de notre meute. Alors que Mousse ne se soumet que s’il s’agit là de la seule issue possible à sa situation du moment.
Bref, il faut de tout pour faire un monde. Et on dit parfois que les opposés s’attirent.

Ce qui réunit assurément ces deux petites bonnes femmes, c’est le jeu. Et dans ce domaine-là, ce sont des championnes infatigables aussi bien l’une que l’autre.
Et pour les spectateurs, ces jolis moments sont si chouettes à regarder!
En voilà quelques-uns en images ci-dessous.

Des jeux fous

Des jeux fous : je crois que c’est ainsi qu’on pourrait intituler cet article!
Il manque juste la petite vidéo qui serait venue apporter un petit plus à ce texte et ces images!
Mais je crois malgré tout que les photos sont assez démonstratives à elles toutes seules de la joyeuse folie qui anime nos deux lutins, Ondine et Odilon.
Le son, lui, n’est pas utile, puisque ces jeux se font habituellement en silence. On s’observe beaucoup, on se cache de l’autre, on le surprend, on lui échappe, on le poursuit. Tout cela avec une énergie, une vitesse et une agilité qui me font parfois froid dans le dos. On vole plus qu’on ne court, on change de direction à la vitesse d’un éclair. Bref, un bien joli spectacle à observer, assurément!

Ces jeux fous, on ne les observe pas toute l’année. Il est des périodes qui leur sont plus favorables que d’autres, notamment hors maternités et grossesses nerveuses de nos fifilles. Et sûr que durant les chaleurs de nos nenettes, ces jeux prennent une tournure quelque peu différente. Et puis aussi, ces jeux, on les observe plutôt aux périodes froides et tempérées de l’année. Quand la chaleur s’y met, fini les jeux. On reste tranquille.

Des jeux fous en images, ça donne ceci :

Des images de chez nous

Je vous propose aujourd’hui des images de chez nous.
Bien sûr que nos chiens en sont les principaux sujets, du plus jeune à l’aînée d’entre eux.

Il y a aussi nos chats qui occupent dans nos vies une aussi grande place que leurs potes chiens.

Des images de chez nous, c’est aussi la nature qui nous entoure, aussi bien les insectes que la végétation. Et ce que j’aperçois de réjouissant depuis le début de ce printemps, c’est le retour en force des abeilles.

Et puis, du fond de notre petite “vallée” entourée de béton, nous apercevons, en levant bien haut les yeux, une gent ailée qui nous charme, aussi bien par son apparence que par ses chants.
Oh, mais je crois qu’il me faut nuancer les choses! Les gazouillis des mésanges, des moineaux et des rouge-queue sont magnifiques. Le roucoulement des pigeons est doux à nos oreilles aussi.
Par contre, j’ai bien moins de sympathie pour les corneilles qui terrorisent la gent ailée de notre quartier. Elles vident les nids des oisillons pour nourrir leurs petits, allant jusqu’à tuer les pigeons pour obtenir de la chair fraîche en abondance.
Et, inutile de parler du cri horrible de ces oiseaux qui se chargent de nous réveiller aux aurores…

Aller, place aux images de chez nous, histoire de charmer nos yeux et nos coeurs quelques instants!

Bichons et paysages

Bichons et paysages : voilà comment on pourrait intituler cet article!

Nos petits bichons apprécient comme nous ce soleil printanier. Mais déjà, ils recherchent l’ombre plutôt que le soleil dès la mi-journée. La chaleur, ce n’est décidément pas “leur tasse de thé”. Ainsi, quand les températures commencent à grimper, ils se posent gentiment à l’ombre et observent leur environnement. Une occupation à laquelle ils s’adonnent très volontiers.
Dans notre quartier, il y a beaucoup à observer. Les allées et venues des véhicules, des personnes, des chiens et chats. Les oiseaux sont nombreux aussi : de la petite mésange au goéland, en passant par les pigeons, les pies et les corneilles. Du pépiement discret au cri strident. Bref, il y a de quoi voir et entendre.

Quant aux paysages de chez nous, il n’y a pas de quoi se lasser de les admirer, encore moins à cette saison, où la vie jaillit de partout.

Voilà donc quelques images sur le thème “bichons et paysages”.