Archives de catégorie : Nos chiens en meute

Petit clin d’oeil havanais

Le petit clin d’oeil havanais de ce jour nous propose les photos de quelques frères et soeurs de différentes portées nées à la vie est belle.

Commençons par trois bambins de Lutine et de Kenzo : Joe, Ondine et Naya. Naya étant l’aînée d’entre eux; et Joe et Ondine étant frère et soeur de la même portée.

Un frère et une soeur à présent, bambins d’Hélys et de Kenzo : Snoopy et Eole.

Et encore un petit clin d’oeil havanais offert par la portée d’Opale et de Charlie née en mai 2021. Portée qui a comporté six petits lutins charbonnés et un petit noiraud. Manque juste la photo de Honey, ci-dessous pour que la portée soit complète.

Quelques jolies bouilles à bisous

Quelques jolies bouilles à bisous havanaises nous offrent leurs doux regards ci-dessous.

Il y a Nala et Zora, demi-soeurs de sang, et soeurs entières de coeur. Différentes en apparence et en tempérament, ces craquantes petites bonnes femmes partagent une belle complicité.
Nala est l’une des fillettes de Lutine et d’Odilon; Eole est fille d’Eole et d’Odilon.

Gaya est l’une des soeurettes à Zora; celle qui lui ressemble le plus d’ailleurs.
Une jolie bouille à bisous que la sienne? On dirait qu’elle sourit sur cette photo. Et on devine sa joyeuse énergie et son enthousiasme tout havanais.
Comme sa soeur Zora, Gaya a aussi une soeur de coeur havanaise : Bloom, fille d’Aïcha-Gauguin. Bien que douze ans séparent ces deux petites lutinettes, leur complicité n’en est pas pour autant moins belle.


Parmi ces quelques jolies bouilles à bisous, il y a aussi deux bambins à Opale qui nous offrent le clin d’oeil du jour.
Sky est l’un des fistons d’Opale et de Charlie, dont la bouille à bisous est indéniable.
Quelle somme de candeur et de douceur sur ce joli visage! Quelle innocence dans ce regard!

Quelques jolies bouilles à bisous

Et finalement, le petit Jacki, demi-frère de Sky, et fiston d’Opale et d’Odilon.
Jacki, dans sa belle campagne, profite de magnifiques balades en compagnie des siens.
Et il est l’un des Havanais les plus adorables qu’il m’ait été donné de connaître.
On devine son regard sur la photo ci-dessous.

Quelques jolies bouilles à bisous

Bichons robes au vent

Bichons robes au vent : voilà le titre tout trouvé de cet article!

J’adore pour ma part contempler mes petits bichons robes au vent… Leur magnifique fourrure est tellement bien mise en valeur lorsqu’ils s’éclatent dans la nature.
Et quand le soleil ajoute sa touche de lumière par là-dessus, eh bien le spectacle est juste grandiose! Spectacle dont je ne me lasse pas!
Ces belles robes black and silver, fauve, blanc-noir, fauve charbonné, chocolat et blanc qui virevoltent dans les airs : quel joli “tableau”!

Et évidemment que s’ajoutent à cela l’enthousiasme et la joie de vivre légendaires de nos petits Havanais. Ces caractéristiques qui se lisent dans chacun de leurs gestes. A tous moments, les voilà qui décollent du sol, qui lancent leurs pattes en l’air avec une énergie formidable. Des pattes qui, soit dit en passant, ont intérêt à être robustes, compte tenu de l’énergie déployée.

La vie est belle pour nos petits amis : ils semblent nous le dire si bien sur les images ci-dessous! Merci à eux de le manifester si joliment, et de nous offrir tant de beaux moments à leurs côtés!

Je crois que les images ci-dessous sont en accord avec le texte ci-dessus et très parlantes!

Explosion printanière

Explosion printanière!
Quand j’observe la nature tout autour de moi, je découvre une quantité d’explosions de vie multicolore, aux formes et senteurs si diverses.
On pourrait croire qu’une baguette magique a oeuvré à plein d’endroits pour rappeler à la vie toute la végétation environnante en mort apparente.
C’est cette résurrection que j’appelle explosion de vie.
Et, pas besoin d’aller bien loin pour observer cette nature en pleine résurrection.

Il y a aussi toute la gent ailée qui, de silencieuse qu’elle était durant toute la saison froide, fait retentir tant de sons si variés, du plus fin au plus…grossier.
Si j’aime entendre le gazouillis des mésanges, les cris des moineaux en querelle, je suis nettement moins fan du “bruit” des corneilles, des pies et des goélands.

Et puis, toute cette nature en plein éveil, pétillant de vie à souhait, agit aussi sur nos lutins et nos félins, sans parler de nos tortues sorties d’hibernation.
Par temps froid, mouillé, venteux, aucun de nos quatre pattes ne met volontiers sa truffe à l’air. Par contre, nos lutins et félins sont loin d’être indifférents à la nature en éveil sous les doux rayons du soleil printanier.

Observer la vie trépidante de la gent ailée, c’est quelque chose que j’aime particulièrement faire.
En pensant à elle, après avoir raccourci la robe de notre petite Aïcha, j’ai placé quelques mèches de ses poils dans un petit panier accroché à une branche de notre tilleul.
Et, la magie a fait qu’un couple de mésanges charbonnières a décidé d’apprêter son nid à l’aide de ces poils. J’ai pu photographier l’une de ces mésanges, le bec plein des doux poils d’Aïcha.

Et encore quelques images de nos lutins et félins pris dans l’élan de cette belle explosion printanière :

Nos Havanais en mouvement

Nos Havanais en mouvement : voilà le thème du jour!

Pour ma part, j’adore les voir s’éclater, se défoulant à fond, robes au vent!
C’est l’expression d’une joyeuse énergie, d’une belle complicité, de leur bonheur de vivre.

Ils volent plus qu’il ne sautent, à me faire des sueurs froides parfois. Leur agilité est épatante, leur vitesse tout autant. Leur joie de vivre est contagieuse! Ils font sourire nos coeurs!

Bien sûr que ce sont les plus jeunes de notre meute qui se défoulent avec une telle puissance. Même moi je me ferais renverser si d’aventure je me trouvais sur leur chemin lors d’une de leurs courses folles.

Parfois, il s’agit juste de courses-poursuites. A telle autre occasion, c’est une balle ou un noyau d’avocat qui est l’objet de leurs convoitises. Il suffit aussi parfois de repérer un de leurs amis félins pour qu’ils partent au quart de tour. Bref, bien des occasions sont bonnes pour justifier un tel feu d’artifice d’énergie.

Sur les photos ci-dessous, l’on peut voir Opale, Mousse, Eole, Ondine et Odilon!

“Nos Havanais en mouvement” en images, les voici :

Des mamans et leurs filles

Des mamans et leurs filles, ou, plus précisément, trois mamans et leurs filles respectives.
Hélys et sa fille Eole; Lutine et sa fille Ondine; et, finalement Opale et sa fille Mousse.
Si les couleurs des robes d’Hélys et d’Eole sont assez semblables, il n’en est pas du tout de même chez Lutine et Ondine, ainsi que chez Opale et Mousse.
Ondine a hérité de la couleur de robe de son papa Kenzo. Et Mousse, quant à elle, n’a, en couleur, ni la robe de maman Opale, ni celle de papa Charlie.
En corpulence aussi, ces mamans et leurs filles sont bien différentes.
Et pour ce qui est des tempéraments, des différences significatives aussi entre ces petites mamans et leurs fillettes.
Bref, on hérite de maman, papa, et des générations qui les ont précédées. De quoi réserver de bien jolies surprises!

Les photos ci-dessous sont significatives des relations diverses pouvant exister entre une maman et sa fille.

La photo d’Hélys et de sa fille Eole démontre l’intérêt qu’Eole a toujours porté à sa maman, alors que la réciproque n’existe pas, ou plus. Non pas qu’Hélys ait été une mauvaise maman du tout. Bien au contraire, elle a été une maman très protectrice, cadrante et tendre à la fois. Mais par la suite, elle a pris des distances évidentes à l’égard de sa fille.

Des mamans et leurs filles

Lutine et Ondine en revanche sont restées proches l’une de l’autre. Ondine, pendant longtemps, a été passer toutes ses siestes tout près de sa maman, sans parler des heures de jeux partagées. Les siestes se déroulent à présent de manière plus indépendante. Et les jeux partagés quant à eux, sont toujours d’actualité.

Venons-en à présent à Opale et Mousse!
Opale n’est pas une chienne joueuse à la base, sinon avec ses chiots. Et voilà que Mousse est restée à l’élevage, et que du coup Opale continue de jouer avec elle. Un plaisir que d’assister à ces parties de jeux, bien pimentées, avec certainement une fillette au tempérament plus affirmé que celui de sa maman.
Une diversité si belle et enrichissante pour chacun, assurément!


Les copines en visite

Les copines en visite à la vie est belle, c’est toujours l’occasion de partager de super moments. Des super moments aussi bien pour les lutins que pour leurs humains.

Les copines en visite récemment se prénomment Nala, Zora et Miss.
Elles sont aussi bien copines, que filles, petites-filles, demi-soeurs, et j’en passe.

Nala, la jolie lutinette chocolatée, est l’une des trois filles de Lutine et d’Odilon. C’est une petite crème de douceur, de tendresse, d’agilité, de joie de vivre.
Zora, sa petite compagne de vie à la robe noire et beige, est l’une des cinq fillettes d’Eole et d’Odilon. De tempérament bien affirmé, Zora est très démonstrative de son attachement à l’humain. C’est aussi une charmante et charmeuse petite boule d’énergie.

Miss, quant à elle, est l’une des fillettes de nos “zamoureux”, Ondine et Odilon.
Elle a hérité de la robe foncée à papa, en noir profond, avec de jolis reflets acajou. Elle a aussi davantage la carrure de papa que celle de maman.
Miss est pleine de joie de vivre, de vivacité, et elle sait si bien aussi démontrer son attachement. Sa sensibilité est elle aussi bien havanaise, c’est-à-dire extrême.

La super pote de jeu de ces trois petites miss est bien évidemment chez nous la plus gamine de nos lutins : Mousse! Mais le reste de notre jeunesse n’est pas en reste non plus : tout dépend quelles sont les hormones en action au moment des visites…

Aller, on passe aux images, joliment représentatives de ces chouettes moments partagés!

Ces petits lutins

Ces petits lutins, dont j’ai récemment dressé les portraits, vivent à nos côtés, de jour comme de nuit. Ils vivent en meute – une meute dont nous faisons partie – et, au sein d’une meute de loups, leurs ancêtres, seuls sont tenus à l’écart de la meute ceux qui sont punis. Ne serait-ce que pour cette raison, je ne me verrais pas les tenir à l’écart de nous la nuit. Et, le fait qu’ils dorment dans notre chambre me permet aussi de voir si l’un d’entre eux a un besoin particulier.

Au sein de cette meute, il y a bien sûr aussi des affinités. Certaines peuvent évoluer au fil du temps. Je pense par exemple à Mookie qui a longtemps eu un faible particulier pour sa petite nièce Lutine. Affinité que je ne constate plus aujourd’hui.
Ondine et Odilon, c’est le petit couple qui s’est trouvé très vite, alors qu’Odilon était encore tout jeunet.
Il y a aussi les affinités entre certaines mamans et leurs filles. Chez nous, entre Lutine et Ondine; et entre Opale et Mousse. Alors qu’Hélys n’éprouve pas d’attirance particulière pour sa fille Eole.

Et puis, au sein d’une meute, il est intéressant aussi d’observer les particularités de chacun, leurs trucs bien à eux.
Je pense à Eole qui a pour vocation de “laver les yeux” de ses congénères. Ou à Mookie qui s’est découvert sur le tard la vocation de sentinelle lorsque la meute est au jardin. Cette vocation que son papa Gauguin assurait à merveille également.
En parlant de rôle, bien entendu que nos étalons, Jazz et Odilon, se sentent investis d’un rôle tout particulier : celui d’assurer leur descendance.

Ces petits lutins, qui jouent, courent, sautent, se reposent, se font câliner, les voilà une nouvelle fois en images :

On s’éclate

On s’éclate chez les p’tits lutins de la vie est belle!
Et, à les voir s’éclater ainsi, je dirais que ça sent presque le printemps alors qu’on n’est que le onze février.
Nos petits bichons passeraient-ils par un semblant d’hibernation en hiver? Eh bien, comme tout être vivant sur cette terre, ils sont sensibles à leur environnement. Et leur environnement, en hiver, est plutôt gris et morne, pour ne pas dire sombre et mort. Ce qui les fait sortir momentanément de leur torpeur hivernale, c’est bien sûr la neige, qu’ils adorent et qui les émoustille assurément.

De la neige, par chez nous, on n’en a quasi pas eue cet hiver. Ou, à peine celle-ci a-t-elle recouvert le sol, que déjà, la pluie est venue tout gâcher.
Les perce-neige ont fait leur apparition au jardin, sans avoir de neige à percer.
Les petits gendarmes, ou pyrrhocores, commencent à émerger sitôt que les températures prennent quelques degrés, que les journées s’allongent.
Quelques petits bourgeons font leur apparition.
Tant de petits signes annonciateurs de la prochaine survenue du printemps.

Nos lutins, quant à eux, ne voient pas un gendarme en se disant que le printemps arrive. Ils sentent, et savent, sans culture aucune.
Et si le printemps est synonyme d’explosion de vie partout autour de nous, il se manifeste aussi ainsi chez nos petits amis.
Mais n’anticipons pas de trop : le printemps n’est pas encore là. Quelques signes annonciateurs de sa proximité nous réjouissent. Et parmi ces signes, un éveil toujours plus perceptible chez nos petits lutins. Et bien évidemment, chez nos félins également.

On s’éclate en images, ça donne ceci :

Des petites boules d’amour à Opale

Des petites boules d’amour à Opale nous offrent leurs craquantes frimousses par photos interposées aujourd’hui.

La plupart de ces lutins viennent de fêter leurs quatre années d’existence, et font partie de la fameuse portée de “neuftuplés” d’Opale et de Jazz.

Et puis, il y a aussi Ciccio et Honey, qui se sont rencontrés fortuitement lors d’une balade. Bambins d’Opale eux aussi, ils ont respectivement Odilon et Charlie pour papas.
Quel plaisir, de se retrouver entre bichons! Bien que ne se connaissant pas, ces deux petits bichons n’ont pas caché leur plaisir à se rencontrer! Au point que la maîtresse de Honey s’est demandé s’ils n’avaient pas reconnu leur lien de sang!

Si Opale et Jazz sont des petits Havanais particulièrement câlins et proches de l’humain, je crois que l’on peut sans hésiter dire de même de leurs bambins.
Et Ciccio et Honey, bien que n’ayant pas Jazz pour papa, adorent se faire câliner eux aussi.

Les petits noms de ces lutins sont Bahia, Merlin, Boston. Tiss et Ginger. Et Ciccio et Honey. Et on ajoute Ava, qui figure également sur deux photos ci-dessous. Elle est la petite compagne à Ginger. Et Lutine et Odilon sont ses parents.

Des petites boules d’amour à Opale en images, les voici :