Le cœur a ses raisons…

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point.

Il y a treize ans, avec mon amie Véronique et sa petite Havanaise Brindille âgée de huit mois, nous mettions le cap sur la Belgique pour y chercher un précieux petit trésor : Hélys de la Vallée du rêve.

Riches de cette adorable petite boule de poils haute comme deux pommes et demie, nous remîmes le cap sur la Suisse.
J’étais comblée par ce tout petit « bout’d’chien » beau comme un cœur et au tempérament bien affirmé.
Et Véronique de son côté avait gagné une nouvelle petite filleule en la personne d’Hélys. Une petite Hélys qui d’ailleurs ne tarda pas à se faire une place généreuse au sein de notre meute.

Les années succédèrent aux années, et à chaque fois que nous avions besoin d’une dog sitter pour notre bande de mistons havanais, c’est Véronique qui répondait présente. C’est dire si notre meute la connaissait bien. Et la connaît toujours aussi bien aujourd’hui!

Brindille de son côté prenait de l’âge, et le redoutable jour arriva où Véronique dut se résoudre à lâcher la douce patte de sa petite compagne. Une difficile étape à vivre ! Un si grand vide à apprivoiser !

Véronique embarquait de temps en temps un ou l’autre de nos lutins en balade. C’est ainsi qu’Hélys, Eole, Ondine, firent balades et même petits séjours chez Véronique. Des liens existaient entre elles : c’était donc un plaisir partagé à chaque fois !

Hélys en particulier était folle de joie à chaque apparition de sa marraine à la vie est belle. C’est ainsi qu’au fil du temps, ses séjours chez Véronique se multiplièrent et s’allongèrent, pour le bonheur aussi bien de l’une que de l’autre.

Aujourd’hui, à 13 ¼ ans, plutôt que de faire des petits séjours chez Véronique, c’est à la vie est belle qu’Hélys les fait, lieu qui est devenu désormais sa résidence secondaire. 

Elle y retrouve sa meute avec joie. Nous la retrouvons avec joie. Et c’est avec une joie évidente aussi qu’elle suit sa maîtresse dans son chaleureux petit nid. Quoi de plus beau pour Hélys que de découvrir chaque jour un peu plus de ce vaste monde qui l’entoure, au pas de course, bien entendu !

Véronique, qui hésitait entre l’adoption d’un chiot ou d’un chien adulte, a finalement accueilli chez elle une fougueuse petite senior qu’elle a connue tout chiot il y a de cela plus de treize ans.

Quelqu’un disait : le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point.

4 réflexions sur « Le cœur a ses raisons… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.