Quand la vie sauvage s’invite à la vie est belle

Quand la vie sauvage s’invite à la vie est belle…

Il a manifesté sa présence par un son de sa voix qu’il m’avait rarement été donné d’entendre, et aussi par des coups répétés de sa queue contre le tronc et les branches de notre tilleul.

J’étais là, au pied de cet arbre, le nez en l’air, cherchant à identifier les bruits qui parvenaient à mes oreilles, en compagnie de Corsaire et Mirage, deux de nos chats.

Et soudain, ce petit être magnifique, d’une agilité époustouflante, attira notre regard. Notre regard, ai-je bien dit… Sans perdre une minute, je fis rentrer Corsaire et Mirage, visiblement très attirés par cette petite créature quasi aérienne, dont la queue bougeait sans cesse, avec une légèreté fascinante.
Alors, je fus à même de suivre sans crainte l’évolution si spectaculaire de ce petit animal, qui paraissait par ailleurs très agité, sur son arbre entouré d’immeubles.
Comment était-ce possible qu’il ait fini dans ce quartier peuplé non pas d’arbres, mais d’immeubles, aussi nombreux qu’inesthétiques? Le mystère reste total!

En observant cet écureuil, je me fis la réflexion suivante : il était en parfaite harmonie avec la nature, sur son arbre! Mais quand il se retrouva sur le toit d’une baraque de chantier jouxtant notre propriété, quel contraste entre sa perfection et cette laide construction!

Ce charmant petit animal était visiblement perdu et je voyais mal où il allait se diriger pour retrouver son habitat habituel : partout, des routes et du béton!
C’est bel et bien une route qu’il finit par traverser pour ensuite disparaître de mon regard!

Sois prudent, superbe petit lutin sauvage d’un jour! Et merci beaucoup de m’avoir accordé ces moments magiques que je ne suis pas prête d’oublier!Quand la vie sauvage s'invite à la vie est belle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.